triwecʼh

Langue : breton.

Prononciation : écouter.

Sens : dix-huit.

Vous pensez que les nombres en français sont compliqués, avec ses formes tordues telles que « quatre-vingt-dix-sept » ? Le breton est encore pire. Triwecʼh est une contraction de tri et cʼhwecʼh, « trois » et « six » (parce que 3×6 = 18).

Le breton utilise, comme le français, des mots du type « quatre-vingts », sauf que ça commence à 40 : daou-ugent (« deux-vingts », 40), tri-ugent (« trois-vingts », 60) et pevar-ugent (« quatre-vingts »). Les dizaines 70–79 et 90–99 sont formées en ajoutant les nombres de 10 à 19 à la vingtaine, comme en français : daouzek ha tri-ugent (« douze et trois-vingts », 72), triwecʼh ha pevar-ugent (« trois-six et quatre-vingts », 98).

Pour cinquante, c’est différent : ça se dit hanter kant, « la moitié de cent ».

Ce contenu a été publié dans Étymologie intéressante, Nombres, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à triwecʼh

  1. Mer Etale dit :

    Effectivement, c’est un peu compliqué ! J’abandonne l’idée d’apprendre le breton pour me mettre à réviser l’orthographe des chiffres en français. Ce qui va me demander juste un peu de boulot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *